Le guide complet sur le DSO

Il est dénommé NJC (Nombre de Jours de Crédit client) ou encore DMP (Délai Moyen de Paiement clients) en français. Le Days Sales Outstanding désigne une composante incontournable du poste client. Combien de jours ce dernier met-il en moyenne à régler sa créance à votre entreprise ? Au-delà de la simple donnée comptable, le DSO est une variable de la trésorerie et un des trois éléments constitutifs du Besoin en Fonds de Roulement. Comment comprendre, calculer et améliorer cet indispensable indicateur financier ?

Qu’est-ce que le DSO (Days Sales Outstanding) ?

La définition du DSO

Derrière cet acronyme se cache l’un des leviers de la bonne santé financière de votre entreprise. Le Days Sales Outstanding correspond au délai de paiement et/ou de recouvrement de vos créances clients.

Appelé DMP ou délai moyen de paiement dans la langue de Molière, le DSO représente le nombre de jours s’écoulant entre l’émission de votre facture et son bon règlement par votre client.

Il peut s’agir du délai contractuel, consenti dans le cadre d’une vente à crédit, d’un accord ou de délais légaux (de 30 à 90 jours à compter de la facturation). Mais le DSO tient aussi compte des retards de paiement nécessitant parfois la mise en recouvrement des créances.

Comment interpréter le DSO ?

Le DSO est un indicateur dont l’interprétation a son importance dans la gestion du risque. C’est la raison pour laquelle il doit faire l’objet d’un suivi régulier.

Un DSO élevé signifie que les délais de paiement de vos clients sont longs, soit par convention, soit parce qu’ils sont mauvais payeurs. Or, subir des retards réguliers dans le règlement de vos créances pénalise la capacité financière de votre entreprise.

On parle d’ailleurs de DSO litige lorsque les délais de règlement sont dus à des réclamations ou des litiges, justifiés ou non, sur une facture donnée. On estime à 40 % les retards de paiement imputables à de telles réclamations. Un DSO conséquent mais sur lequel un levier d’action existe du côté de l’entreprise créancière.

À l’inverse, une récupération rapide des créances clients va permettre à l’entreprise d’améliorer sa trésorerie et ainsi de limiter son BFR (Besoin de Fonds de Roulement). Pour rappel, le BFR est le montant nécessaire pour combler le décalage entre les encaissements et les dépenses, et ainsi couvrir vos frais d’exploitation.

Les différentes méthodes de calcul du DSO

Il existe deux méthodes de calcul du Days Sales Outstanding : la méthode comptable et la méthode par épuisement du chiffre d’affaires. Si la première est plus simple, elle ne tient pas compte de la saisonnalité de certaines activités et peut s’avérer moins pertinente. Dans ce cas, nous vous préconisons la méthode par épuisement, ou count back.

 

Calcul du DSO : la méthode comptable

C’est la méthode facile ! Pour connaître votre délai moyen de paiement client, il vous suffit d’appliquer sur une période donnée la formule suivante :

(Créances clients TTC / chiffre d’affaires TTC) x nombre de jours de la période

Vous obtenez ainsi votre DSO en jours : ce calcul suppose qu’il existe une certaine régularité dans l’activité et dans le CA mensuel de votre entreprise.

Voici un exemple chiffré :

Une entreprise présente un CA de 120 000 euros et 40 000 euros de créances client sur une période de 6 mois. Son DSO est donc de :

(40 000 / 120 000) x 180 = 60 jours

 

Calcul du DSO : la méthode par épuisement, ou count back

Cette méthode de calcul du DSO, plus complexe, est aussi plus juste lorsque votre entreprise est soumise à la saisonnalité de son activité. Elle consiste à soustraire son encours client à son chiffre d’affaires, mois par mois. On calcule ainsi le nombre de jours de CA nécessaires pour absorber toutes les créances.

Voici un exemple chiffré, plus parlant :

Considérons qu’au 1er mars, vos créances clients s’élèvent à 30 000 euros.

En mars, qui compte 31 jours, le CA TTC réalisé par votre entreprise est de 17 500 euros. Votre encours client restant est de 30 000 – 17 500 = 12 500 euros

En avril (30 jours), votre entreprise réalise un chiffre d’affaires de 10 000 euros. Il vous reste donc 12 500 – 10 000 = 2 500 euros de créances clients à absorber.

En mai (31 jours), votre CA est de 8 000 euros (pour un encours de créances restant de 2 500 euros). Il convient de calculer en combien de jours votre encours est enfin épuisé avec la formule (encours / CA) x nombre de jours du mois. Vous obtenez (2 500 / 8000) x 31 = 9,69 jours. Votre encours est donc épuisé au 10 mai.

Sur la période écoulée, votre DSO ou délai de recouvrement de créances est donc de 31 + 30 + 10 = 71 jours.

 

difference dso dpo

Quelle est la différence entre DSO et DPO ?

Alors que le DSO représente le délai moyen de paiement de vos créances par vos clients, le DPO concerne votre faculté à payer vos propres fournisseurs.

Le DPO, ou Days Payable Outstanding, calcule le nombre de jours nécessaires à votre entreprise pour honorer les factures de ses fournisseurs. La corrélation entre DSO et DPO est évidente, puisqu’à l’instar du DSO, le Days Payable Outstanding influe directement sur la trésorerie de l’entreprise et joue sur le BFR.

Quelle est la combinaison idéale pour la santé financière de votre entreprise ? Avoir des délais de règlement clients courts et un DPO long (parce que vous avez bien négocié avec vos fournisseurs, pas parce que vous payez en retard !) permet de limiter votre BFR et vos demandes de crédit court terme.

D’ailleurs, dans un contexte économique tendu, l’allongement du délai de règlement de ses fournisseurs semble être la variable privilégiée pour limiter les tensions de trésorerie. C’est ce qui ressort d’une étude menée avant l’été par le cabinet de juristes d’affaires ARC, et relayée par Le Parisien. Ainsi, 72 % des entreprises interrogées envisageraient de compenser l’allongement du DSO par celui du DPO.

Pourquoi suivre son DSO ?

Le suivi de son DSO par l’entreprise constitue le gage de sa bonne santé financière et s’avère nécessaire pour comprendre, analyser et gérer le risque client.

Suivre son DSO, de manière globale ou par client, permet de détecter rapidement des difficultés de paiement amenant à sa dégradation.

Le suivi permet également de comprendre l’origine des délais de paiement et d’identifier ceux qui peuvent être raccourcis comme le DSO litige, notamment grâce à une solution logicielle, comme par exemple, la plateforme CashOnTime. Votre entreprise peut ainsi être proactive dans le recouvrement de ses créances, limiter ses coûts de gestion et l’immobilisation de ses ressources.

Elle peut aussi anticiper des tensions de trésorerie et jouer avec les autres leviers de contrôle du BFR, comme le DPO ou la gestion de la rotation des stocks.

La bonne gestion de vos comptes clients et fournisseurs vous garantit enfin de conserver une image saine auprès de vos partenaires.

Comment réduire le délai de paiement client de son entreprise ?

Quelques chiffres sur le DSO en France

La pandémie de Covid-19 a eu un impact non négligeable sur le DSO des entreprises françaises et européennes. Selon le baromètre Atradius des pratiques de paiement en Europe de novembre 2020 et novembre 2021, 90 % des entreprises françaises ont vu leur DSO se dégrader. Les retards de paiement sont devenus courants, avec 48 % de montant de factures B2B impayées. Concernant le délai de paiement client, le DSO moyen en France s’élevait à fin 2020 à 52 jours, contre une moyenne européenne de 44 jours.

Les leviers de réduction du DSO

Il devient donc impératif de trouver les leviers nécessaires à la réduction du délai de recouvrement de ses créances clients. Pour ce faire, plusieurs solutions peuvent être mises en œuvre :

  • En amont, privilégier des conditions de paiement à court terme ou solliciter le règlement d’un acompte
  • Avoir recours à la mobilisation de créances (Dailly, escompte, affacturage)
  • Mettre en place un système de relance régulier et proactif
  • En cas de retard de paiement avéré, optimiser son process de gestion des litiges et de recouvrement de créances. Cela passe notamment par l’identification du DSO litige, sur lequel l’entreprise a un pouvoir d’action. En détectant rapidement les factures en souffrance issues de réclamations, il est possible d’y apporter une solution, de manière à régler le litige et obtenir un paiement plus rapide.

C’est ce que vous propose notre solution complète CashOnTime. Dans un premier temps, le service Allocation vous accompagne dans la gestion comptable du règlement des factures. En cas de créances impayées, c’est notre service Collection qui prend le relais. Suivi des encours clients, des délais de paiement, évaluation du risque : vous avancez en toute sérénité pour optimiser votre DSO et votre DSO litige.

Nos experts sont à votre disposition pour des conseils personnalisés : n’attendez plus pour faciliter suivi et recouvrement des créances, et laisser respirer les finances de votre entreprise !

 

EN SAVOIR PLUS

logo cashontime

Partager cet article

Livre blanc - recouvrement créances
  1. Le client : facteur de risques et d’opportunités.
  2. Suivi du risque client : une démarche continue.
  3. Recouvrement de créances : l’indispensable organisation des process.
  4. Litiges : un enjeu stratégique pour toute l’entreprise.
  5. Favoriser le travail collaboratif.
  6. Digitalisation : gagner en proximité avec votre client.